◊ Instruments de musique africaine

Quand l’homme de la société traditionnelle fabrique les objets usuels de sa vie quotidienne ou les objets exceptionnels de sa vie cérémonielle, il exprime non seulement son savoir-faire, mais la forme qu’il donne, le décor dont il les pare témoignent de la totalité desa culture.
L’instrument de musique occupe une fonction socioculturelle importante au sein des sociétés à travers le monde où son usage est souvent relié au domaine de la religion, de la magie ou à l’exercice du pouvoir.
Support d’un répertoire mélodique et rythmique particulier, l’instrument de musique est également un moyen de communication entre les individus d’une communauté. Il est un intermédiaire entre le monde des humains et le monde spirituel que l’on retrouve dans tous les rituels religieux. Il joue un rôle symbolique, car il représente le pouvoir temporel ou spirituel d’une personne ou d’un groupe.

Voici quelques instruments de l’Afrique Centrale

harpe (cordophone)

ngombi
en bois; peau; fibre, nylon
Technique: assemblé; cloué; sculpté
Description: Caisse de résonance, manche et chevilles en bois, table en peau, cordes de nylon. Harpe à manche droit et caisse naviforme. Table en peau clouée sur la caisse. Huit cordes tendues à l’aide de chevilles de tension. Tête sculptée à l’extrémité de la caisse, près du manche.
Cette harpe est l’apanage du chantre appelé beti, figure principale de l’ensemble orchestral du culte initiatique secret bwiti. Le caractère sacré de l’instrument est renforcé par la pensée des adeptes du bwiti, qui lui prêtent le pouvoir de «parler» un langage pour lequel la voix du harpiste ne constitue qu’un prolongement. Elle correspond à l’élément femelle du «couple» [arc (mâle) et harpe] lors du bwiti.

lamellophone (idiophone)

sanza
En bois; métal; végétal, roseau
Technique: pyrogravé; enfilé
Description: Caisse de résonance en bois, lames, support et barrettes métalliques. Treize lames de longueurs différentes maintenues en place sur la caisse de résonance par un support et une barrette transversale; petits rouleaux métalliques enfilés sur les lames et servant de bruiteur. Caisse de résonance pyrogravée; lanière de roseau servant de poignée.

Autre lamellophone (idiophone)

sanza
En bois, bambou; résine
Technique: évidé; assemblé
Description: Caisse de résonance, lames et barrettes en bambou. Caisse de résonance formée de 3 sections de bambou évidées et réunies par des joints de résine, 7 lames d’égales longueur fixées sur la caisse de résonance par 3 barrettes transversales.

tambour à deux membranes (membranophone)

ngomo
En bois; peau
Technique: creusé; lacé
Description: Tambour à deux membranes en peau, tendues par laçage de cuir en « W » sur une caisse cylindro-conique faite d’un tronc d’arbre. Lanière de cuir servant de poignée.
membranes frappées à mains nues

harpe-cithare (cordophone)

mvet
En végétal, palmier-raphia; calebasse
Description: Support et cordes faits d’un pétiole de palmier-raphia, résonateurs faits de calebasses. Support formé d’un pétiole d’où 4 cordes végétales se détachent; cordes tendues et soulevées en leur centre par un chevalet unique. Trois résonateurs sont fixés sous le manche (un sous le chevalet, les 2 autres, plus petits, aux extrémités).

xylophone (idiophone)

medzang
En calebasse; fibre; fibre, raphia; paille
Technique: assemblé; lacé
Description: Lames et support d’appui en bois, résonateurs: calebasses, cadre de bois recouvert de tissus, laçage de corde, paille. Neuf lames de tailles différentes lacées sur cadre. Trois résonateurs restent maintenus sous le clavier. Tige de bois à courbure accentuée servant d’appui sur la poitrine du musicien; une frange de raphia ornementale.

Laisser un commentaire