◊ Le Songo

Jeu traditionnel

Le songo est un jeu traditionnel que l’on retrouve dans de nombreux pays africains avec des dénominations diverses (Awale etc.). Il figure dans de nombreuses maisons à titre ornemental mais on y joue également.

A Douala au Cameroun, dans certains quartiers, s’organisent souvent pendant les week ends entre initiés des championnats en plein air autour d’un bon verre, sous l’oeil attentif d’un public de connaisseurs ou de supporters.

Le Songo est une émanation des sociétés EKANG.
L’aire géographique de ces pays se situe en Afrique centrale (Cameroun, Gabon, Guinée équatoriale, moyen Congo).
Ces sociétés entouraient leurs agissements de l’auréole magico-religieuse.
Le Songo est une réelle philosophie de l’existence chez les EKANG.
La pratique de cette activité ludique stimule l’imagination et développe le raisonnement et les possiblités d’abstraction. KULU la tortue est synonyme de sagesse chez les EKANG.

KULU a dzo na.
Modo osse a begue
nfeg a ntié itoul dzié.
Kulu la tortue affirme:
« Chacun porte son sac
à hauteur de son épaule ».
(Proverbe Ekang).

Mbarga OWONA, fils
d’OWONA MBARGA
et de MANGA.
Africain du Cameroun.
Ekang, seigneur
de la forêt du lignage
Mvog TSOUNGUI MBALLA
Familles des Mvog OWONA
TSOGO.

Issu de la province du sud
Département de l’océan.
Arrondissement de MVENGUE.
Village d’AKOM BIKOE.
Cour de NKOL ANGUEG.

Ekang, voici le terme par lequel ceux qu’on appelle aujourd’hui les Ekang se désignaient. Signalons que le groupe tout entier, dont une part importante se localise au Gabon et en Guinée équatoriale, est appelé fang- Beti. Beti, pluriel de Nti, signifie maître, seigneur. On retrouve cette même connotation aristocratique dans le mot Fang qui désigne le rameau gabonais de ce peuple. Fang signifie le véritable, le supérieur. Ce peuple qui retrouve pour l’essentiel en forêt équatoriale chevauche les Etats actuels du Cameroun, du Gabon, de la Guinée équatoriale et du Moyen- Congo. Les Ekang sont plus de quatre millions repartis sur ces quatre Etats à l’heure actuelle. Si on a d’abord cru qu’ils venaient d’Egypte, du fait des ressemblances physiques avec les Azandé, on sait aujourd’hui que cette hypothèse est très peu vérifiée. Engelbert MVENG, historien réputé pour la qualité de ses travaux, leur trouve une proximité avec les Manja de Centrafrique. Pour lui ‘ quelles que soient les conclusions à envisager, le bloc fang représente un phénomène d’acculturation d’autant plus intéressant qu’il est récent.(…) Une langue commune, malgré la diversité des dialectes, leur permet de se comprendre et leur littérature orale, très riche, révèle un fond commun évident. Il y a un phénomène historique digne d’attention et c’est dans cette unité de culture qu’il convient désormais d’aborder l’étude du groupe Ekang. ‘.

Le Songo appartient à la classe des jeux de semailles.
Le tableau de jeu est divisé en 2 territoires, un territoire nord et un territoire sud.
Les deux territoires représentent les camps respectifs des deux joueurs. Chaque camp est constitué d’une rangée de 7 cases.
Au début de la partie, chaque case dispose de 5 pions.
2 joueurs participent au jeu et jouent de façon alternée.
Les deux adversaires sont libres de déterminer le joueur qui commence la partie.

Laisser un commentaire