◊ Proverbes africains

Proverbes Batéké

Ma famille paternelle appartient à l’ethnie Téké du Congo Brazza. Comme toutes les civilisations traditionalistes, le monde téké est une civilisation du proverbe. Le proverbe émaille les propos. Son usage répond à la nécessité d’indiquer des références à l’ordre du monde établi. La sagesse des proverbes repose sur le savoir du lignage,du groupe et de l’ethnie. C’est pourquoi le proverbe téké est toujours péremptoire. Le proverbe porte le témoignage éclatant de l’existence d’une « raison téké », d’une démarche rationnelle qui permet d’accéder au plan des idées générales, et donc à l’abstraction. C’est un aspect que l’on ne perçoit pas aisément de prime d’abord. En effet la langue du proverbe est presque constamment concrète; les images naissent à chaque mot prononcé. Mais le symbole reste toujours présent. Chaque image a un sens profond. Le proverbe employé souvent dans la palabre sert à justifier, à convaincre.

Kabi ka vula, we bagi ndja.
Si tu es trop généreux, tu tomberas dans un palabre.

Nga nfuna vulu ntari otum’obi.
Le coeur d’un envieux est plus mauvais que le serpent.

Muana tsani ki suolo égna ñi.
L’enfant orphelin ne choisit pas sa nourriture.

Oliémi omô ki bula ladju.
Un seul doigt ne peut casser l’arachide.

Entu é mbali ka wolo éwolo éwoli ñi.
On ne ceuille pas les ananas pour faire du vin n’importe comment.

Ovura kadja kadja osurugu.
La chenille mange, mange et descend (de l’arbre).

Andja bila ndjia ka yolo otchu ña yulu.
On nage avec un étranger avec la tête lévée.

Tsuru bagi, ntaba dji, kadombo yurugu.
Le cog gagne, le bouc mange et le mouton se rassasie.

Ekémi ña nvula, eko kabolo.
Si on doute de la pluie, les habits seront mouillées.

Antaba ka bwo ondigi bira ngo ékana.
Si les cabris se lient d’amitié avec la panthère, c’est un fait exprès.

Ka tsaga kô, ntchuru sébi; ñi kô kadja ma tchuru.
Quand on coupe la banane, la poule rit; or la banane se mange avec la poule.

Lavè ka vunuña bila lavè.
Un bienfait en rencontre un autre.

Nga lari omuna itâ, labara.
Si le fou prévient d’un danger, fuyez.

Ka yiè mbia ankèlè we ka mono olu ka.
Si tu vas à la chasse des perdrix (ankèlè) et que tu vois les légumes (olu), il faut ceuillir.

Agnoyi ka djumuña, bana a lwoni.
Quand les oiseaux s’envolent, leurs petits font autant.

Langura ka vula ola la bwogi.
Une perche trop longue finit par se casser.

Ña libana odja nâ libana ofina.
Il faut économiser sa nourriture au début d’un repas.

Okièlè ntchio éku olura we.
Nul ne peut mieux surveiller la campagne que la termitière.

Mvula wa bwolo wa ntchon.
On ne se laisse surpendre que par la première pluie de la saison.

Muana onkô kami omfumu ma laba.
L’enfant du roi perda le trône à cause d’une noix de palme.

Lignen li mbâ li odjiu andjo atsina.
Une petite éteincelle brûle des maisons entières.

Ya laga wè ndi djèrègè ngûnu, ka ka kuna gno bila wè ñi.
Celui qui te conseille d’agrandir la plantation ne t’aidera pas la cultiver.

Laisser un commentaire