◊ Le pagne

Tissu africain du quotidien

La barbe dit le jour ce que dit le pagne la nuit
(Proverbe du Burkina Faso )

Le pagne, tissu traditionnel africain est porté par la plupart des enfants, des femmes, et aussi par les hommes.C’est le tissu du quotidien.

C’est un long morceau de tissu qu’on enroule autour de la taille, comme un pajero, et que l’on ferme au niveau de la taille. Il y a plusieurs manières de porter le pagne et de l’attacher: simple ou cousu, brodé, en bazin ou en wax.

Il y a aussi l’art de remettre son pagne défait. En un tour de main comme un magicien et la grace avec laquelle c’est fait, font partie des atouts de beauté de la femme. On peut ajouter un cordon, au pagne pour qu’il ne tombe pas. et on mettra par dessus un pagne plié en deux. C’est tout un art et c’est très joli.

Le pagne se porte aussi en foulard. Là, c’est un pagne plus petit, que l’on enroule comme un turban sur la tête. Là encore il y a maintes façons de porter son foulard. Personnellement je le porte avec un petit morceau qui dépasse sur le côté.

Si on veut porter son bébé dans le dos, on utilise aussi un pagne. J’ai porté mes enfants ainsi. C’est très pratique.

Lorsque le pagne n’est pas enroulé autour de la taille, il se porte en:

*boubou: longue tunique flottante, plus ou moins colorée. Il n’est pas toujours long, et si en général il s’arrête au milieu du genou mais il arrive que le boubou prenne fin au niveau de la cheville.

* robes et costumes cousus selon le goût de chacun, aussi bien pour les hommes que pour les femmes.
Le pagne traditionnel est composé en général de sept bandes de cotonnades cousues entre elles. (Le : taafe en bamanan).
La composition du pagne est divisée en cinq parties. La bordure droite, sokonon bolo (so: la maison, konon: dedans/ à l’intérieur, bolo: main/ limite) est cachée lors du port de l’étoffe. La bordure gauche, kenema (dehors) bolo, est visible. La bordure supérieure, fini siri (attacher) bolo (ou finitayoro), permet de nouer le pagne. La bordure inférieure, duguma bolo ou senkorola (duguma: la terre/ le sol, sen: le pied, korola. auprès de) décor le bas du pagne. Le panneau central, finin ba (ba: grand/ mère, finin: tissus, étoffes), donne le thème à l’ensemble de la composition.

Les tissus wax et non wax ont une histoire qui remonte au fameux batik javanais. Les marchants européens, plus particulièrement les hollandais au 17 ième siècle, ou les soldats ouest africains postés en Indonésie entre 1810 et 1862. De nos jours, le pagne africain est confectionné à la machine en Hollande, au Japon et dans plusieurs pays de l’Afrique de l’Ouest. Les pagnes sont distribués ensuite dans toute l’Afrique.

Chaque signe dessiné sur le pagne détient une signification symbolique propre. Juxtaposés à d’autres signes et selon leur place dans la composition générale, les motifs chargés de messages offrent le récit d’événements réels et mythiques. Les signes deviennent alors écriture pour ceux qui savent les déchiffrer. L’interprétation donnée aux différents éléments ornant le textile révèlent la signification du pagne.

Les tissus pagnes sont très variés et utilisés dans le quotidien aussi bien comme vêtements qu’en tant que tissus d’ameublement ou nappes de tables etc… Du Bazin au wax, de l’indigo au dessin, les pagnes nous offrent un cocktail de couleurs et de motifs sans pareil pour le plaisir des yeux. On ne peut rester indifférent à la beauté de ses tissu

Une Réponse pour “◊ Le pagne”

  1. Lumeria-Leana Davidson a écrit:

    C’est tout simplement beau, profond et délicieux.
    Merci pour cette ode à la beauté Noire.

Laisser un commentaire